Sayed Haider RAZA Bindu Radiation, 2010, acrylique sur toile, 100x100cm
Sayed Haider RAZA Purush Prakriti Bindu, 2010, acrylique sur toile, 120x60cm
Sayed Haider RAZA Bindu Shanti, 2010, acrylique sur toile, 100 x 100 cm
Mosaique

Sayed Haider RAZA biographie

 Reconnu comme le premier peintre moderne indien, Raza jouit d’une véritable notoriété internationale.

Sayed Haider Raza est né le 22 février 1922 à Barbaria dans l’Etat du Madhya Pradesh, au cœur du sous continent indien. Il étudie la peinture à l’Ecole des Beaux-Arts de Nagpur avant de poursuivre sa formation à Mumbai (Bombay) à la Sir J.J. School of Art.

En 1947 il devient membre fondateur du Progressive Artists Group. En 1950 il obtient une bourse du gouvernement français pour venir étudier en France. De 1950 à 1953, il est élève à l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris. Le prix de la Critique lui est décerné en 1956. Il participe à de nombreuses expositions individuelles et collectives en France et à l’étranger, dont les biennales de Venise, Sao Paulo, Menton, ou la triennale de New Delhi.

En 1962 il s’installe à Paris. Depuis 1984 il retourne chaque année en Inde.

De 1947 à aujourd’hui, il présente ses toiles dans de nombreuses expositions individuelles en Inde, en Europe, en Amérique, et a reçu de nombreux prix. Plusieurs rétrospectives lui ont été consacrées à New Dehli, Mumbai (Bombay), Bhopal, Cannes.

Le titre honorifique de Padma Shri lui est décerné en 1981 par le président de la République indienne.

Raza, ne peint pas ce qu’il voit mais traduit sa propre vision intérieure issue des mémoires du perceptible et de l’imperceptible.

Son œuvre témoigne d’une influence syncrétique mêlant nature et spiritualité, culture occidentale et philosophie orientale. Les motifs récurrents, déclinés dans son œuvre, du point noir et du cercle sont  les incarnations des symboles spirituels indien du bindu (point) et du mandala (cercle) en même temps qu’ils peuvent être envisagés pour leur qualité plastique à part entière. Qu’on discerne dans ses œuvres l’évocation poétique et synthétique d’un paysage ou celle d’une pure composition abstraite aux vertus musicales, qu’on les envisage sous l’angle du profane ou sous celui du sacré, les peintures de Raza sont dans tous les cas une invitation à la méditation contemplative et transcendantale.

Pierre Gaudibert, ancien directeur du Musée d’art moderne de la Ville de Paris et du Musée des arts d’Afrique et d’Océanie a écrit :

" Sur la scène artistique, Raza, occupe une place exceptionnelle ; par son enfance, sa première formation artistique, sa vaste culture [...] il appartient à son pays d’origine. Par ses attaches de quarante années de vie passées en France, il est de France, de l’école dite “de Paris”, qui a su intégrer des artistes venus de tous les horizons de la planète. [...] Peu à peu s'est précisée, à travers les années, non point une "imagerie" sacrée, tels les diagrammes abstraits de forces ou les supports visuels de méditation, mais une œuvre plastique à part entière. Le Bindu, le Grand point Noir est bien ce d'où naît la genèse de la création, d'abord la lumière, puis les formes et les couleurs, mais aussi les vibrations, l'énergie, le son, l'espace, le temps."

Top